ChromeCast

Dévoilé mercredi à San Francisco, Chromecast de Google permet notamment de regarder des vidéos YouTube ou de surfer sur Internet directement sur votre télévision. Il est déjà disponible aux Etats-Unis, au prix de 35 dollars. En revanche, aucune date n’a été communiquée pour la France.

Simple et rapide

L’appareil s’apparente à une petite clé USB, longue de 7 centimètres et pesant 34 grammes. Il se branche en réalité sur le port HDMI. L’alimentation est assurée par un cordon USB. Celui peut être relié à votre télévision ou à une prise électrique.
La configuration est relativement simple. Une fois le Chromecast branché, il suffit de le connecter à votre PC en se rendant sur un site dédié. L’utilisation du navigateur Chrome est obligatoire. Le service est compatible avec Windows (à partir de 7) et Mac OS (à partir de 10.7). Côté Chromebooks, seul le Pixel est pour l’instant supporté.
Pour votre tablette ou smartphone, il faut télécharger une application sur l’App Store ou Google Play. Chromecast fonctionne avec Android (à partir de la version 2.3) et iOS 6. Tous les Windows Phone et les BlackBerry ne peuvent donc pas en profiter.

Wifi obligatoire

Le service n’accède pas directement à des contenus web. Il le fait par l’intermédiaire de votre PC, tablette ou smartphone. Il est important de noter que les deux terminaux doivent être reliés au même réseau wifi. Les réseaux 3G et 4G ne sont, par ailleurs, pas pris en charge.
Pour regarder une vidéo, par exemple sur YouTube, il faut cliquer sur une icône “cast”. Elle est située en bas à droite du lecteur web et en haut à droite sur les applications mobiles. La vidéo est alors lancée sur votre télévision (préalablement allumée sur le bon canal). Cela peut se faire au début ou en plein milieu.
Votre smartphone, tablette ou PC se transforme alors en télécommande permettant de mettre en pause ou d’arrêter la lecture. Cela ne signifie pas pour autant que vous ne pouvez pas faire autre chose. Vous pouvez fermer l’application ou l’onglet. Et même mettre votre terminal en veille.

De la TV au smartphone en deux clics !

 Chromecast-systeme-600
Le passage d’un écran à l’autre est relativement rapide pour une vidéo YouTube. Mais il peut prendre plusieurs secondes pour un film diffusé sur Netflix. Le service étant entièrement synchronisé entre l’ensemble des appareils, il est possible de commencer à regarder une vidéo sur une tablette, de poursuivre sur un smartphone, puis sur une télévision…
Chromecast permet aussi de projeter une page web sur votre télévision, en deux clics. Du texte, des photos mais aussi des vidéos. Il est ainsi possible de regarder des vidéos sur Hulu, HBO Go, 01net et sur n’importe quel autre site. Mais cela pourrait n’être que temporaire: Google nous a confirmé que les sites Internet auront une possibilité de blocage.
Encore en version beta, cette fonctionnalité n’est pas totalement au point. Un temps de latence est perceptible. Elle est en plus pour l’instant absente des versions mobiles de Chrome.
Reste que Chromecast définitivement est prometteur. L’offre est encore limitée (YouTube, Google Play et Netflix sont les seules applications compatibles. Pandora le sera bientôt) mais Google espère que d’autres services suivront.
Publicités

Google Glass : Les lunettes pourront lire des messages à haute voix

Les Google Glass ont bénéficié d’une mise à jour. Les lunettes pourront donc lire des messages et vous pourrez y répondre.

Les Google Glass continuent d’être améliorés. Le mois dernier, les équipes sur ce projet se sont occupées de la caméra. Cette fois, les lunettes de Mountain View s’enrichissent avec des commandes vocales. Vous pourrez grâce à divers ordres utiliser de nouvelles fonctionnalités. Les propriétaires pourront par exemple demander aux lunettes de répondre à un appel, de lire un message à haute voix et d’enregistrer une réponse. L’ensemble est réalisé par le biais des commandes vocales, ce qui laisse vos mains libres. Avec les Google Glass, vous aurez donc la possibilité de répondre à un SMS ou à un mail en utilisant Gmail.

Les Google Glass et Internet

Les Google Glass ont subi d’autres améliorations. Sur les branches, un pavé tactile sera disponible, ce qui permettra aux propriétaires d’entrer une URL ou même un mot clé. La firme de Mountain View a donc ajouté la navigation sur Internet. Les pages pourront être affichées toujours à l’aide des commandes vocales, mais le pavé tactile accompagnera vos “ordres“. Selon la société, les Google Glass offriront une expérience utilisateur hors du commun.

Comment afficher des zones précises des pages Internet ? Pour effectuer cette action, il vous suffira de maintenir les deux doigts sur la branche des lunettes tout en orientant la tête. D’autres fonctionnalités, comme zoomer, faire défiler les pages, seront accessibles. Les nouvelles améliorations des Google Glass ont été répertoriées dans le compte Google + du projet. D’autres nouveautés devraient être mises en place puisque la firme de Mountain View donne rendez-vous aux internautes le mois prochain.

Les Google Glass et la vie privée

À cause de toutes ces fonctionnalités, les Google Glass ne font pas l’unanimité. Certains estiment que les lunettes transformeront les propriétaires en cyborg. Des problèmes se posent également au niveau de la vie privée. Un membre du Congrès américain, Joe Barton avait donc envoyé une lettre à Larry Page. La réponse de ce dernier n’a toutefois pas comblé ses attentes, il estime qu’il « est légitime de s’inquiéter [et de savoir si] les droits des utilisateurs sont protégés et leur vie privée respectée ». Certains commencent déjà à se préparer, des interdictions dans les établissements apparaissent et d’autres tentent de lutter contre les Google Glass notamment en développant des lunettes anti-reconnaissance faciale.

Source: Bekeeg

Plug, la prise qui changera le stockage de données ?

Des Français ont développé une technologie pour stocker les données. Ils ont ouvert une campagne sur Kickstarter pour financer leur projet.

Au départ de Plug, il y a un constat : “Aujourd’hui, chacun de nos appareils possède sa propre mémoire avec son propre contenu. Pour les utilisateurs lambda, l’appréhension de leurs données devient difficile. Au point que nous sommes forcés de déplacer manuellement nos données vers le Cloud pour garder notre ordinateur synchronisé avec notre iPhone“, explique Severin Marcombes, le co-fondateur de Cloud Guys Corp. ”

C’est la raison pour laquelle, avec Gawen Arab-Laffon, il a développé Plug. A mi-chemin entre clé USB et Cloud, Plug est un petit adaptateur et une application pour ordinateur, tablettes et smartphone.

L’adaptateur se relie à un disque dur externe. Après avoir branché un 1er appareil à Plug, tous les autres appareils verront les mêmes données apparaître dans leur contenu. Pour résumer, vos fichiers sont stockés sur Plug et vous pouvez les consulter via n’importe quel appareil.

“Avec Plug, le taille de la mémoire n’a plus d’importance“, continue Gawen Arab-Laffon. Par exemple, “je peux acheter un grand ou un petit iPad. Si j’ai un disque dur de 2 TB connecté à Plug, les deux appareils afficheront 2TB de données. Lorsque je suis connecté, je vois ces 2 TB de documents sur mon iPad. Si je suis déconnecté, cela fonctionne comme sur Spotify ou Google Music : je sélectionne quels fichiers je veux voir apparaître en mode offline.

Plug, un projet à soutenir sur Kickstarter

Contrairement à un système de Cloud, Plug ne nécessite pas d’abonnement. Pour 100$, vous achetez Plug et le système est à vous.

Pour créer leur projet, Severin Marcombes et Gawen Arab-Laffon ont lancé une campagne sur Kickstarter. Ils ont besoin de  69 000 dollars pour le réaliser. Mais de nombreux donneurs semblent croire en leur projet puisqu’en 12h, l’objectif était atteint. Vous pouvez soutenir Plug sur la page Kickstarter.

plug-2

Magic Cable Trio : un cordon USB 3 en 1

Lorsque l’on souhaite connecter nos différents produits high-tech il y a parfois un problème, l’entrée USB

Il peut arriver qu’un ami vienne chez nous, il veut brancher son iPhone et là c’est le drame, nous n’avons pas de produits Apple donc pas de câble USB compatible avec le mobile. Heureusement le « Magic Cable Trio » inclut les 3 ports les plus couramment utilisés (micro USB, mini USB, port Apple 40 pin) ce qui fait de ce produit un câble USB 3 en 1 assez pratique. L’avantage de cette conception avec différents modules est qu’elle permet de connecter un adaptateur à l’autre à travers les fentes se trouvant sur les côtés ce qui assure une connectivité parfaite.

Seul petit bémol, le câble mesure seulement 20 centimètres il vous faudra donc peut être une rallonge USB, pour ce qui est du prix il est raisonnable avec un coût de 15€. En résumé c’est un produit intéressant et qui peut s’avérer pratique dans certains cas.

Recharger son téléphone en 30s : Une ado découvre le « super condensateur »

Le rechargement du mobile peut prendre plusieurs minutes, mais une ado de 18 ans a révolutionné le secteur avec son invention.

Les Smartphones sont de plus en plus performants et les batteries sont malmenées par les nombreuses applications. L’indicateur diminue parfois très rapidement et il faut rester plusieurs heures sans mobile. Eesha Khare propose un concept très intéressant qui permet de recharger un téléphone portable en 20 à 30 secondes. L’appareil est donc opérationnel très rapidement et la décharge est normale. Les utilisateurs peuvent ainsi bénéficier de leurs mobiles sans coupure dans la journée. Cette jeune fille de 18 ans a conquis l’Intel Foundation Young Scientist.

10 000 cycles contre 1000

Ce vendredi 17 mai, la jeune femme de 18 ans a démontré les compétences de son concept et a ainsi pu obtenir 50 000 dollars. Le dispositif repose sur un super condensateur qui a de nombreux avantages. Il permet de recharger une batterie en quelques secondes et le cycle de décharge/recharge est bien plus important, il est de 10 000 cycles contre 1 000 pour les composants actuels selon cette Californienne. Cette adolescente qui est une passionnée de technologie en avait marre de voir son Smartphone se recharger pendant des heures, elle a donc décidé de trouver une solution révolutionnaire.

Une invention très prisée

Cette invention lui a également permis de découvrir une passion pour la nano chimie. Elle estime que ce domaine est très intéressant et permet de réaliser de nombreux progrès. Le super condensateur permettra ainsi aux mobinautes d’être moins dépendant de leur prise secteur. Selon la jeune fille, il est flexible et peut être utilisé dans une multitude de produits comme des Smartphones, les tablettes ou encore des vêtements. À 18 ans, elle a donc réussi à développer un nouveau condensateur qui diffuse un maximum d’énergie tout en ayant une petite taille. Elle a remporté 50 000 dollars, mais de nombreuses entreprises ont approché la jeune femme dont Google, qui est très intéressé par ce super condensateur.

Source : NBC News

Le Leap Motion repoussé au 22 juillet

Alors que l’on attendait le Leap Motion pour le 13 mai, la société éponyme annonce par le biais d’un mail aux acheteurs le report de la date de sortie. L’objet n’arrivera finalement que le 22 juillet 2013. Le patron de Leap Motion confie que la décision n’a pas été facile à prendre, mais qu’elle reste nécessaire pour effectuer tous les tests.

Nous aurions certainement pu tenir la première date. Mais elle ne nous aurait pas laissé le temps d’effectuer les tests finaux. […] Au final, la seule solution pour que nous soyons certains à 100% de livrer un produit vraiment génial qui ferait honneur à cette nouvelle forme d’interaction, est repousser la date de sortie.

Écrit-il dans son courrier.

Pour mettre à profit ce délai, une phase de bêta test sera lancée à partir du mois de juin. La société donnera aux 12 000 développeurs possédant actuellement l’appareil, un accès à l’ensemble des fonctionnalités du produit, y compris l’OS et pas seulement aux outils de développement comme c’est le cas actuellement. Certaines personnes, hors développeurs, pourront aussi mettre les mains sur le matériel.

Nous espérons faire partie des heureux élus.

Adobe abandonne la Creative Suite au profit de Creative Cloud

La CS 6 sera la dernière. Désormais, Adobe proposera sa célèbre suite logiciel orientée vers le cloud et moyennant un abonnement mensuel.

10 ans après sa naissance et 6 versions plus tard, la Creative Suite de Adobe (Photoshop, Dreamweaver, InDesign, Premiere, Illustrator…) connait aujourd’hui une évolution majeure. C’est durant sa conférence annuelle Max que la société l’a annoncé : la CS 6 sera la dernière version de son genre. Celle-ci continuera à être mise à jour dans un premier temps, mais désormais il ne faudra plus parler de Creative Suite, mais de Creative Cloud. En effet, la suite logicielle en version boite laisse sa place à la version entièrement dématérialisée et synchronisée avec le cloud présentée l’an dernier.

Le cloud remplace la boîte et l’abonnement remplace la licence

Qui dit changement de format dit aussi changement de coûts. Terminées les boites et licences à des prix astronomiques, désormais un abonnement mensuel sera demandé. Si la première année sera facturée 36,89 euros aux utilisateurs possédant déjà une licence CS 3 ou supérieure, pour les autres il faudra débourser 61,49 euros par mois pour un accès complet ou 24,59 pour avoir l’accès limité aux services et à certaines applications. Des formules équipe et étudiantes sont aussi proposées, le tout est disponible à cette adresse.

Ce choix permettra notamment à la firme de réduire le piratage de ses produits, mais aussi de forcer la main de ceux qui utilisent d’anciennes versions depuis des années. En effet pour bénéficier des dernières améliorations il faudra avoir souscrit à un abonnement.

Des mises à jour pour juin

Dès le mois de juin, les applications Creative Cloud (CC) recevront des mises à jour et des ajouts de fonctionnalités. Ainsi Photoshop CC, qui est en fait une fusion de Photoshop Standard et Extended, comporte différents nouveaux outils comme la réduction des effets de tremblements, de bruits, ou encore un support complet de Behance.

Les autres logiciels de la suite (Illustrator CC, InDesign CC, Dreamweaver CC, et Premiere Pro CC) et les services reçoivent aussi des ajouts. InDesign CC par exemple supportera les systèmes 64 bit, les écrans HiDPI et Retina et se voit doté d’une nouvelle interface. À noter enfin que Fireworks semble avoir été supprimé du bouquet en passant.

Source : The Next Web